17 FÉVRIER AU 3 AVRIL 2021
Laissons-nous transformer par le Christ ressuscité!

40 jours pour se laisser transformer par le Christ ressuscité!

Chers frères et sœurs bien-aimés,

Durant les quarante jours de Carême, nous sommes conviés à renouveler notre foi, à puiser «l’eau vive» de l’espérance et à accueillir au plus intime de notre cœur l’immense tendresse et l’amour du Seigneur. Laissons-nous toucher profondément par la Parole de Dieu qui nous invite à la conversion et à la transformation intérieure de notre être.

Certaines personnes se disent peut-être, en ces temps de crise sanitaire mondiale, qu’elles vivent assidûment un carême depuis près d’un an! Comme je le mentionne dans ma récente lettre pastorale que je vous invite à lire et à méditer, Dans Ton immense Tendresse, la pandémie nous prive hélas de petites et grandes joies bien légitimes : plaisir des rencontres gratuites et spontanées, réconfort des contacts réguliers avec nos proches, bonheur de se donner solidairement à une cause qui nous tient à cœur, joie de se rassembler en Église pour célébrer la présence du Seigneur au cœur de notre vie
quotidienne. Cependant, de nombreux témoins qui nous précèdent dans la foi nous apprennent que, même dans l’épreuve et la souffrance, nous pouvons croître intérieurement en laissant la porte de notre cœur grande ouverte au souffle de l’Esprit!

Ces quarante jours de Carême nous invitent à devenir de meilleures personnes, des croyantes et croyants plus allumés et audacieux! Les moyens habituels pour y parvenir sont connus et ont fait leurs preuves depuis des siècles : prière, jeûne et partage. Voilà des chemins concrets qui nous invitent à nous ressourcer à la Parole de Dieu, à nous libérer du superflu qui encombre nos vies et à venir en aide aux personnes éprouvées dans leur vie.

Saint Paul écrit aux Éphésiens : «Laissez-vous renouveler par la transformation spirituelle de votre pensée» (Ep 4, 23). Oui, le carême n’est pas une olympiade de «sacrifices à faire» mais plutôt un temps de conversion et d’amour pour Celui qui donne sa vie avec tant de tendresse!

Cette transformation spirituelle du cœur devient réelle dans nos paroles et nos gestes lorsque nous laissons les fruits de l’Esprit Saint agir en nous. Comme l’écrit le pape François dans sa lettre encyclique Fratelli tutti au no. 223, elle se traduira par la bienveillance dans le comportement, l’attention pour ne pas blesser par des paroles ou des gestes, l’effort d’alléger le poids aux autres. Cela implique qu’on dise des mots d’encouragements qui réconfortent, qui fortifient, qui consolent, qui stimulent au lieu de
paroles qui humilient, qui attristent, qui irritent, qui dénigrent.

Les publications liturgiques de ce temps de carême nous proposent le thème «Discerner sa présence». C’est une invitation à revivifier notre relation au Seigneur. En cette année dédiée à saint Joseph, patron de l’Église universelle et patron principal de notre pays, je suis convaincu qu’il peut nous aider à mieux reconnaître la présence de Celui qui habite chaque instant de notre vie et à nous accorder la grâce des grâces : notre conversion!

Chers frères et sœurs bien-aimés, je nous souhaite à toutes et à tous de ne plus être les mêmes au matin du dimanche de la Résurrection, le 4 avril 2021! Ensemble, bon chemin vers Pâques!

Christian Robembourg
Évêque de Saint-Hyacinthe

ICI : MESSAGE EN PDF (POUR IMPRIMER)