DÉMARCHE DE PARDON EN CONFINEMENT
Vivez une démarche individuelle de pardon

À l’approche de Pâques, vous aimeriez vous confesser mais ne le pouvez pas en période de confinement. La confession individuelle et intégrale suivie de l’absolution demeure le seul mode ordinaire par lequel on peut se réconcilier avec Dieu et l’Église « sauf si une impossibilité physique ou morale dispense d’une telle confession » (Catéchisme, no 1484).

Dieu est comme un père qui guette le retour de son fils.

« Si tu ne trouves pas de confesseur, il faut que tu t’adresses directement à Dieu » a dit le pape François tout en précisant la nécessité d’aller tout de même se confesser plus tard. Dieu est comme un Père qui guette le retour de son fils, a encore expliqué l’évêque de Rome. Pendant la période du Carême, sa tendresse doit pouvoir toucher les cœurs des catholiques et les guérir de toutes les « blessures de la vie ».

L’abbé Jacques Lamoureux, curé à Saint-Hyacinthe, nous guide ici dans une démarche de pardon empreinte de simplicité et de vérité :