CERTAINES DE NOS PAROISSES PASSENT EN ZONE ORANGE
Elles peuvent maintenant accueillir 100 personnes

Nos paroisses situées dans la région de l’Estrie passent en zone orange.

Les paroisses du diocèse de Saint-Hyacinthe situées dans la région administrative de l’Estrie peuvent maintenant accueillir 100 personnes par célébration. Sur la carte de la région de l’Estrie ci-bas, ces paroisses sont situées à gauche.

Les règles générales contenues dans le protocole général et les protocoles propres à chacun des sacrements continuent de s’appliquer rigoureusement. Les mesures énoncées ci-après ont toutefois préséance sur tous ces protocoles.

Claude Lamoureux
Vicaire général

  • La limite est de 100 personnes par lieu de culte pour les célébrations « régulières ». Éviter la concélébration. Cette limite vaut pour chaque salle ayant un accès indépendant à l’extérieur.
  • Il n’est pas obligatoire de tenir un registre. TOUTEFOIS, il est obligatoire pour la paroisse de pouvoir communiquer avec les participants en cas d’éclosion. On peut dresser une liste permanente de courriels ou de numéros de téléphone, ou encore utiliser une plateforme de réservation.
  • Pour les funérailles ou les mariages, la limite demeure à 25 personnes. Les familles ne pourront pas recevoir les condoléances à l’église avant une célébration de funérailles. La raison en est qu’au moment des funérailles, nous avons tendance à ne pas respecter le 2 m, à nous donner des accolades ou à nous embrasser. C’est actuellement une occasion où le niveau de contagion est très élevé.
  • La tenue d’un registre pour les funérailles demeure obligatoire, même chose lors de mariages.
  • Idéalement, pour les baptêmes, limiter le nombre à 25 personnes présentes, et une famille à la fois par célébration. Tenir un registre des présences.
  • Rappel : la limite ne concerne ni les ministres ni les bénévoles requis.
  • Le port du masque de procédure est obligatoire en tout temps, même lorsque les personnes sont à leur place (sauf le temps de communier). Cette mesure est la même dans les cinémas et les salles de spectacle.
  • La distance de 2 m doit être en tout temps respectée, même lorsque les personnes sont à leur place. (Auparavant, cette distance dans les bancs pouvait être de 1,5 m.)
  • Il est permis qu’une ou deux personnes puissent chanter, à une distance de plus de deux mètres de l’assemblée, avec un microphone autant que possible. Si la distance ne peut être respectée, que la personne chante derrière une cloison de plexiglas.
  • Le chant de l’assemblée demeure interdit, de même que le chant choral.
  • Il faut limiter au maximum les paroles récitées par l’assemblée.
  • Les déplacements dans l’église sont interdits pendant la célébration : les gens demeurent à leur place et c’est le ministre qui se déplace. Il peut y avoir plus d’un ministre de la communion. La raison en est que lors des déplacements, il est plus difficile de conserver la distance de 2 m.

Pour le moment c’est le statu quo en zone rouge, nous faisons comme avant.

  • La limite de 10 personnes ne concerne ni les ministres ni les bénévoles requis. Cette limite vaut pour chaque salle ayant un accès indépendant à l’extérieur.
  • La tenue d’un registre de présence est obligatoire.
  • Il est permis qu’une ou deux personnes puissent chanter, à une distance de plus de deux mètres de l’assemblée, avec un microphone autant que possible. Si la distance ne peut être respectée, que la personne chante derrière une cloison de plexiglas.
  • Le chant de l’assemblée demeure interdit, de même que le chant choral.
  • Les mariages demeurent interdits en zone rouge, les funérailles sont permises pour un maximum de 25 personnes. Idéalement, il faudrait interdire l’échange de sympathies avant ou après nos célébrations à l’église.
  • Les baptêmes demeurent possibles en zone rouge, mais limités à une assemblée de 10 personnes, avec un seul enfant à la fois.

La grande préoccupation de la Santé publique concerne les variants, qui sont de 30 % à 40 % plus transmissibles que la souche originale du virus. Les changements aux règles sanitaires visent à contrer cette plus grande transmissibilité.